« Génial !! C’est quoi ce trou ?! J’ai un pouvoir superpuissant !! Je l’savais !! Je suis un génie !! » Ageha Yoshina (Psyren tome 2)

Bonjour a tous et à toutes, ou peut-être bonsoir si vous êtes insomniaques !

Voilà, c’est enfin arrivé, le fameux problème que chaque kana-testeur redoute en secret. Nous n’en parlons jamais, mais cela va nous arriver à tous : chroniquer le nouveau tome d’une série en cours alors que l’on ne connaît pas la série ! – Une musique ténébreuse aurait été la bienvenue. – Hé oui ! car lorsque l’on reçoit notre colis, c’est toujours la surprise qui nous attend, et parfois on est ravi et on saute de joie – Bakuman 13 et Naruto 57 pour ma part –, agréablement surpris – Une longue route et I am a hero –, un peu déçu quand on a déjà le tome – Pluto –, et parfois complètement déboussolé comme maintenant. Pour ma part, j’ai foncé chez mon libraire acheter les tomes 1 et 2 pour au moins avoir les bases de l’histoire. Piqûre de rappel pour certains :

Ageha Yoshina est un adolescent un peu turbulent – donc un héros de shônen – qui va via une mystérieuse carte téléphonique être transporté dans un futur apocalyptique, ce qui déclenchera ses pouvoirs « psy ». Il fera alors des allers et retours entre le futur et le présent pour tenter de découvrir comment est arrivée la fin du monde. Le psy permet à quiconque d’utiliser son cerveau à 100 % et d’avoir des super-pouvoirs. Comment alors ne pas penser aux légendaires X-Men et au plus récent X-Men le commencement ?

Dans le tome 11, Ran et Haruhiko – j’imagine qu’eux, ce sont des gentils ^^ – arrivent dans un orphelinat et découvrent qu’une jeune demoiselle de 4 ans maîtrise son psy avec une grande facilité. Cependant, Junas – donc pour moi le méchant – kidnappe la jeune enfant. D’ailleurs, celle-ci se laisse faire et apprécie Junas. Elle n’hésitera pas à lui sauver la vie. À son âge, le bien et le mal son des concepts assez flous. Pendant ce temps, Miroku Amagi – lui, j’en suis sûr, c’est LE méchant – commence un combat contre Gregory Numéro 1. C’est-à-dire un prototype d’une expérience qui a mal tourné.

Je ne m’attarderai pas plus sur l’histoire en général de peur de froisser les fans. Cela dit, le futur est en train de changer, mais personne ne sait si c’est en bien ou en mal. Je pense que l’auteur Toshiaki Iwashiro a choisi un thème des plus intéressants : le voyage temporel ! Beaucoup s’y sont prêtés, comme Robert Zemeckis dans Retour vers le futur ou bien François Descraques avec Le visiteur du futur, et même mon assistant cinéphile va réaliser son film sur le sujet, et je vous assure que c’est passionnant, mais gérer les paradoxes, c’est très compliqué ! Rien que pour cela, la série est assez passionnante, je dois dire. C’est plus l’aspect temporel que la baston qui m’a attiré. Même si les combats occupent 75 % de l’ouvrage. Après tout, nous sommes dans un shônen manga.

Le dessin de l’auteur est assez clair, même si parfois je me suis perdu dans de simples phases de narration, mais le dessin reste très joli, et les personnages féminins sont très jolis aussi – que voulez-vous, j’aime regarder de jolies nanas fortes et qui savent se défendre ! Ça change de princesse Peach !

Voilà, j’ai terminé, j’espère que je n’ai pas flétri l’image de « Psyren », car c’est un manga un peu moins conventionnel – en tout cas pour les tomes 1 et 2 – que les autres en ce sens que les scènes de baston ne sont pas trop excessives, ce qui déchante un peu dans le tome 11. Ce que j’apprécie, c’est que c’est une série en 16 tomes, ce que je trouve parfait pour une série : il faut savoir s’arrêter quand il est temps, l’œuvre n’en est que meilleure ! – Oui, c’est une pique pour « Naruto » que j’aime pourtant !