10/08/2017 - 03h30

L’art de produire des figurines: rencontre avec le créateur des P.O.P MegaHouse

0
Commentaires
info
Info

Grâce à une interview très complète de Tokyo Otaku Mode, nous avons pu découvrir les dessous de la création des figurines P.O.P. En effet, Hiroki Kaneko, le fondateur et créateur de la gamme de figurine One Piece et P.O.P chez MegaHouse a répondu à un interview concernant ses compétences et son savoir en tant que manager et créateur !
Nous avons donc décidé de traduire cet article pour vous afin que vous puissiez en apprendre plus !

 

Capture d’écran 2017-08-10 à 12.33.13

 

Depuis combien de temps travaillez-vous pour MegaHouse?

« Je travaille depuis déjà 23 ans chez eux. Lorsque je les ai rejoins, MegaHouse s’appelait encore B-AI et a cette époque ils s’occupaient du développement et de la production des produits Bandai Sailor Moon. Cependant, j’étais en charge de la section « Bandai’s Candy Toys ».

 

J’ai entendu dire que la section figurine actuelle a été créée suite à une demande de votre part. Pouvez-vous nous en dire plus ?

« Le groupe Bandai avait mis en place un sujet de réflexion sur « Les nouveaux moyens et nouveau business pour le groupe Bandai au 21eme siècle » et j’ai écris ma réflexion sur « La relation de MegaHouse avec les Otaku au 21eme siècle ». J’ai saisi cette chance pour écrire autant que je pouvais sur le sujet avant de le rendre. J’ai même mentionné des domaines dans lesquels la compagnie pouvait s’améliorer. Et j’ai reçu en récompense un prix par le président de Bandai lui même. C’était comme si j’étais destiné à faire ça toute ma vie (rires) ! J’ai commencé avec beaucoup d’enthousiasme mais j’ai vite réalisé que faire des figurines était plus facile à dire qu’à faire. Mon premier pas dans le monde des figurines s’est fait avec une petite collection appelée « C-Model« . « 

 

A cette époque, vous étiez le seul à chercher des producteurs de figurine ?

« Et bien, notre compagnie ne produisait pas ce genre de figurines au départ. En fait, c’est quelqu’un qui travaillait chez ALTER qui m’a expliqué le processus de création des figurines, et j’ai finis par les considérer comme mes professeurs. J’ai beaucoup travaillé, j’ai même été jusqu’en chine pour trouver une usine pour nous. De plus, notre compagnie avait aucune connexion avec le monde de l’industrie, donc si je n’avais pas fais le maximum, nous n’aurions pas pu produire quoi que soit. 

 Capture d’écran 2017-08-10 à 12.34.02

Lorsque vous étiez à l’école, j’ai entendu dire que vous vouliez devenir mangaka ou travailler dans une entreprise de jeux vidéos.

« Jusqu’au lycée,  je voulais aller à Tokyo et devenir assistant mangaka après la remise des diplômes. Mes parents m’ont alors inscrit dans une école de design et d’art. Après trois ans, j’ai voulu un métier où je pouvais continuer à utiliser mes talents d’artiste !
A cette époque, j’ai eu plusieurs entretiens dans des entreprises de jeux vidéos cependant B-AI postait parfois des offres de travail à mon école. J’ai postulé, passé un entretien puis j’ai reçu une offre pour travailler chez eux. C’est après qu’ils m’ont annoncé que je serais en charge des jouets Pingu et Sailor Moon de la gamme Bandai’s Candy Toy. J’étais genre « Ahhh, euh d’accord… » (rires) »

 

Mais à partir de la, c’était le début de votre parcours jusqu’à votre travail actuel ?

« Oui en effet ! Je suis vraiment heureux parce que j’ai toujours aimé différents auteurs et les gens créatifs. En faisant des figurines, j’ai eu la chance de travailler avec ces gens créatifs. Même si je ne suis pas devenu un mangaka, je peux toujours travailler avec eux (rires) ! »

 

Quels étaient les mangaka et créateurs que vous suiviez à cette époque ?

« J’aime les artistes qui ont une grande communauté de fan comme Mine Yoshizaki. Il était le character designer de « Sgt. Frog » et plus récemment de « Kemono Friends« . J’aime également Kenji Tsuruta et Jun Tsuka. Lorsque mon projet de créer des figurines est devenu plus réel, j’avais très envie que leurs personnages soient les premiers que je créerais.
Beaucoup d’artistes m’ont conseillé sur un modèle prototype car ils savaient comment leurs personnages devaient être représenter et ils m’ont indiqué tous les détails qui permettraient de mieux reproduire certaines zones. »

 

J’ai lu dans d’autres interviews que vous aimiez écouter les réactions des fans lors de convention. C’est toujours vrai ?

« Oui, les fans ont toujours une réaction très honnête lorsqu’ils voient une figurine pour la première fois. La joie se lit sur leur visage, et on peut entendre combien ils apprécient la figurine lorsqu’ils discutent avec leur amis. Des fois, ils peuvent se montrer un peu durs mais je pense que mon travail reste très satisfaisant. Maintenant, beaucoup de fans commandent en ligne et je n’ai donc pas la chance de les voir lorsqu’ils effectuent leur achat. C’est pourquoi les conventions sont très importantes ! »

 

Avez-vous eu la chance d’entendre l’opinion des fans étrangers ?

« Il y a une page Facebook pour les fans étrangers ainsi qu’un Twitter et un Instagram, nous utilisons également Weibo pour les fans chinois. Nous attendons avec impatience les conventions étrangères afin d’utiliser ce moment pour écouter nos fans. »

Est-ce qu’il y a eu des fans vraiment heureux de vous rencontrer ?
 
« Il y a eu des fans qui m’ont demandé de signer leur figurines. Je leur ai alors dis « C’est pas une bonne idée, ça va baisser la valeur de votre figurine! » mais ils m’ont répondu « On s’en fiche, signez la s’il vous plait ! ». Je me demande pourquoi ? Même si je ne suis pas Eiichiro Oda, ils étaient très heureux après avoir reçu ma signature sur leur figurine One Piece (rires) »

Capture d’écran 2017-08-10 à 12.35.23

 

J’aimerais maintenant vous parler de la figurine Bounce Man de Luffy. J’ai entendu dire que les précommandes marchaient très bien !
« Je ne me suis vraiment pas retenu lors de la production de cette figurine, je savais ce que je voulais faire. Pendant la production, j’ai essayé de comprendre et garder en tête les demandes des fans pour cette figurine. Personnellement, comme je ne peux pas peindre ou sculpter, imaginer le résultat dans ma tête signifie est pour moi créer des figurines. »

 

 

J’ai seulement lu One Piece, donc c’est la premiere fois que je vois le haki de l’armement en couleurs. C’est épatant !

« Merci beaucoup. La fumée et les autres effets ne sont probablement pas vraiment de cette couleur mais je pense qu’il est important de créer des illusions. J’ai essayé de faire ressortir le blanc des dents de Luffy et j’ai fais dessiner les tournesols de ses vêtements à la main pour que l’effet or soit bien là !
Lorsque j’ai amené le premier prototype à la Jump Festa, Eiichiro Oda m’a dit: « J’ai vraiment hâte de voir ce que ça va rendre en couleur ». Ca été pour moi une vraie pression de répondre à ses attentes. C’est pourquoi après avoir finis de peindre Bounce man la première fois, je l’ai regardé comme si j’étais Eiichiro Oda et j’ai su que cela ne serait pas assez. Donc je l’ai fais repeindre avec plus de détails même si le peintre m’a dit que nous ne serions pas capable de le reproduire sur d’autres figurines si nous continuons ! Mais je lui ai dis de ne pas s’inquiéter car l’usine m’avait assuré qu’il pourrait le refaire. »
Capture d’écran 2017-08-10 à 12.36.29
Pouvez-vous me dire dans quel autre domaine votre travail est difficile ?
« Comme le management fait partie de mon travail, c’est très dur quand les chiffres sont dans le rouge. Et le fait de savoir que je pourrais travailler sur une série que j’aime mais que ça n’est pas possible car les figurines ne se vendent pas bien m’attriste, j’ai l’impression de trahir la série ! En fait, P.O.P est né de ce sentiment.
Il y a très longtemps, j’ai eu la chance de travailler sur la série One Piece deux fois mais les figurines ne se sont pas bien vendues. Peut être étais-ce du à mon manque de compétence. C’est pourquoi après avoir gagné en expérience, j’ai espéré avoir de nouveau la chance de travailler sur One Piece. Je savais que si j’avais une nouvelle chance, cela se vendrait sans aucun doute !
A ce moment, quelqu’un de BANDAI m’a approché et m’a demandé si je voulais créer des figurines. J’ai répondu avec beaucoup d’enthousiasme et la main levée « Oui! » et comme cela que P.O.P a démarré. C’était il y a 13 ans, et les P.O.P que vous connaissez aujourd’hui existent grâce au regret que j’ai éprouvé à cette époque. »Je suis sure que la compagnie a aussi subi des temps dur ?

« Oui en effet, ça n’a pas toujours été facile. Tous le monde ne comprenait pas ce que j’essayais d’accomplir, et c’était dur jusqu’à ce qu’ils comprennent. De plus, j’essayais de convaincre notre compagnie que cela valait la peine pour les chiffres de vente. Même si les fans ne se préoccupent pas de ça, je suis un professionnel et les résultats au sein d’une entreprise sont mieux appréciés avec des chiffres. Si je voulais seulement faire des figurines parce-que j’aime ça, j’aurais pu le faire en tant que loisir. Mais j’aime ma compagnie. C’était juste moi au début, mais maintenant nous sommes 20 dans la section P.O.P et si vous ajoutez l’équipe étrangère nous sommes 40 de plus. Je suis vraiment heureux d’avoir travaillé si longtemps et de voir comment ça évolue à présent. »

 

Capture d’écran 2017-08-10 à 12.39.38

 

J’ai entendu dire que créer des figurines que vous auriez envie d’acheter et qui font sourire les gens sont deux points importants qu’il faut respecter selon vous. Est-ce que ces principes sont également valables pour les P.O.P ?

« En fait j’ai beaucoup changé. Je ne pense pas qu’il faille s’y tenir absolument. Par contre je pense toujours à donner le sourire aux fans lorsque je crée une figurine. C’est pour ça que je suis très heureux lorsque les gens sont contents de voir mes figurines. »

 

 

Comment decidez-vous d’équilibrer entre les demandes des fans et les envies des sculpteurs? 

« Avec les figurines et surtout celle de One Piece, je dois décider entre faire une figurine qui reflète le personnage original ou permettre au sculpteur plus de liberté. Il semble qu’il n’y ai que deux options mais je pense autrement. Je cherche plutôt quelle zone je veux mettre en avant, je dois également cerner le caractère des personnages, leur expression… La plus grande différence entre MegaHouse et les autres compagnies est comment nous choisissons de mettre en avant les caractéristiques de nos figurines.

 

 

Il me semble que les figurines P.O.P sont basées sur l’anime, pouvez-vous nous expliquer les différences entre le manga et l’anime ?

« L’anime offre souvent de bonnes expressions faciales mais c’est parfois complétement différent du manga. Parfois les visages n’ont pas vraiment les mêmes expressions, alors plutôt que de choisir entre l’anime et le manga, je me dis que je choisis cette expression. »

 

Capture d’écran 2017-08-10 à 12.40.07

 

Et voilà, nous espérons que vous en avez appris plus grâce à cette interview ! N’hésitez à aller consulter l’article original pour obtenir plus de détails !

Et si vous avez loupé les derniers articles P.O.P, pas de panique ! C’est par ici pour voir Mihawk, Law et Boa !

op4

Vous l’avez lu ? Alors un petit commentaire nous ferait plaisir ^^