18/08/2016 - 03h27

Kana : 20 ans d’histoire – Partie 7/11

0
Commentaires
chronique
Chronique

Nous sommes en 2003 et la maison d’édition fête cette année-là ses sept années d’existence.

En sept ans, le public a évolué et grandit. Alors que de nouveaux adeptes s’ouvrent aux mangas par le biais des labels classiques tels que les Shôjo et les Shônen, les fans de la première heure ont su grandir avec Kana et demandent aujourd’hui des œuvres plus adultes, tournées vers des sujets de société.

Désireux de répondre aux attentes de son public, et sachant évoluer selon les volontés de ce dernier, Kana créera la collection Big Kana dont nous avions rapidement évoqué la naissance dans une de nos précédentes chroniques en lançant la série « Arms » de Ryuji Minagawa et Kyoichi Nanatsuki. Une bonne décennie après l’incontournable auteur Katsuhiro Otomo, on découvre ici un travail de qualité et dont les références ont su évoluer. Arms arrivera à renouveler un genre que l’on croyait n’appartenir qu’à un seul homme.

arms_01

 

Synopsis :

“Ryô Takatsuki est un lycéen japonais menant une vie ordinaire mais qui va rapidement être ébranlée avec l’arrivée d’un nouvel élève : Hayato Shingû. Sans que Ryô comprenne pourquoi, Hayato s’en prend à lui et tente même de le tuer. Il découvre alors que Hayato n’est pas un garçon comme les autres : ses membres ont la capacité de se transformer en armes télescopiques meurtrières…”

1369769250922_image

 

Dès l’apparition de Big Kana, certains mangas changent de collection pour se retrouver mieux mis en valeur, comme le travail de Naoki Urasawa. On retrouvera dans ce label notre très célèbre neurochirurgien japonais Kenzô Tenma, ainsi que Johann, trois ans après leur première parution chez Kana. Ils sauront très vite trouver leur place au sein de cette collection. Monster en deviendra même une des oeuvres centrale autour de laquelle se rassemblent des titres phares tels que Pluto du même auteur, qui verra le jour en 2010, Zipang de Kaiji Kawaguchi parut en 2007, Mushishi qui arrivera la même année ou encore Bonne nuit Punpun en 2012.

Dès l’année suivante, en 2004, la maison d’édition crée la collection Made In, un écho à la collection Big Kana avec une volonté plus poussée de montrer une autre facette du manga. On découvre ici une autre bande dessinée asiatique dans laquelle on retrouve des créations coréenne, hongkongaises, ainsi que japonaises, avec notamment l’oeuvre de Inio Asano.

 

JQ_UneVieChinoise.qxd

Qu’il s’agisse d’une œuvre unique d’un auteur, ou celles d’artistes qui y voient régulièrement leur travail publié, la collection Made In a su se construire une identité unique en se basant sur nombres d’œuvres à la frontière du roman graphique asiatique et contemporain.

On trouve notamment Jirô Taniguchi avec le Sommet des Dieu ou Li Kunwu & P.Otié avec leur œuvre Une vie chinoise. Plus récemment, on voit arriver au sein de cette collection Au Coeur de Fukushima de Kazuto Tatsuta, qui nous offre un véritable reportage tentant de montrer avec un ton le plus juste possible le quotidien de la vie dans la centrale après la catastrophe.

Vous pouvez découvrir la bande annonce :

31g7WmRDzJL._SX352_BO1,204,203,200_

Le Saviez-vous ?

Toutes les œuvres de Inio Asano publiée avant 2012 sont inscrites dans la Collection Made In.
Bonne nuit PunPun fait exception à la règle, publiée dans la collection Big Kana !

Vous l’avez lu ? Alors un petit commentaire nous ferait plaisir ^^